Les médicaments homéopathiques un enjeu de santé publique

 

Notamment vis-à-vis de la sur consommation médicamenteuse, la iatrogénie* et l'antibiorésistance  

Bénéfice clinique comparable sans aucune perte de chance établi par une vaste étude1 en vie réelle sur plus de 8000 patients et plus de 800 médecins généralistes.  

A niveau de sévérité égal, l’étude montre, pour les patients suivis par un médecin homéopathe, une consommation :  

 

2 fois moindre d’antibiotiques2  
2 fois moindre d’anti-inflammatoire (AINS)3
3 fois moindre de psychotropes4.  

 

En savoir plus

*La iatrogénie médicamenteuse désigne les effets indésirables provoqués par les médicaments.

 

 

1- Programme de recherche EPI3 : étude pharmaco-épidémiologique de l’impact de santé publique des modes de prise en charge pour 3 groupes de pathologies  / 2- Grimaldi-Bensouda L et al. PLoS One. 2014 Mar 19;9(3):e89990. OR (IC 95%) [0,27-0,68]  / 3- Rossignol M et al. Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2012 Oct;21(10):1093-101. OR (IC 95%) [0,38-0,78]  / 4- Grimaldi-Bensouda L et al. BMC Complement Altern Med. 2016 May 4;16:125. OR (IC 95%) [0,9-0,44]  / 5- Etude "Les médecins généralistes libéraux et l'homéopathie" réalisée par IPSOS pour Weleda/Lehning/Boiron auprès de 302 médecins généralistes libéraux représentatifs de la population interrogée. Mars 2019  / 6- Etude « Les sages-femmes libérales et l’homéopathie » réalisée en 2013 par Imago auprès de 212 sages-femmes libérales  / 7- Etude « les français et les médicaments homéopathiques » réalisée par IPSOS sur 2000 individus. Octobre 2018  /

Partager :

Facebook
Linkedin
test@tes.fr
ok